Au sein de FPI, nous sommes engagés dans une réflexion sur un certain nombre de thèmes auxquels les événements récents ont donné de la profondeur et une longue portée.

Quand nous sortirons de cette crise nous aurons encore plus besoin les uns des autres. La prospective et les innovations se développeront dans des espaces nouveaux, souvent vierges. L’intelligence, la culture et l’expérience de chacun sera nécessaire pour tracer, ensemble, les chemins de l’avenir. 

Parce que le temps de l’isolement est propice pour se préparer au nouveau temps de la renaissance, nous avons choisi de publier régulièrement sur notre site Internet les analyses et les réflexions des différents animateurs de notre fondation.

Vous trouverez ci-dessous l’inventaire des publications du 20 au 27 avril. 

 

 

Lundi 20 avril 2020: Billet de Jean-Pierre RAFFARIN, Président de la Fondation Prospective et Innovation 

En période de crise tout se crispe y compris la communication. La peur, l’inquiétude, la nervosité, l’isolement, développent la brutalité sous des formes multiples, c’est aussi vrai pour la communication d’en bas, celle du public, que pour celle d’en haut, celle des dirigeants. Cette brutalité n’est pas un bon indicateur social car nous savons que la violence et la guerre sont des sœurs jumelles…

Télécharger la suite : Communication et Propagande

 

 

Mardi 21 avril 2020: Billet d’Arnaud LEURENT, Président-Fondateur d’All-Winds

La crise actuelle semble faire naître un nouveau débat autour de l’expression « le monde d’après ». Le débat est ouvert mais il ne s’agit pas là uniquement de savoir si le monde va changer durablement ou pas, ni-même si nous sommes plutôt dans le camp des pessimistes ou dans celui des optimistes. Dans l’excellent ouvrage « De la performance à l’excellence » Jim Collins explique ce qu’il appelle « le paradoxe de Stockdale », officier américain souvent torturé durant ses huit années de captivité au Vietnam et qui a démontré une extraordinaire résilience…

Télécharger la suite : De la performance à l’excellence

 

 

Mercredi 22 avril 2020 : Billet de Philippe COSTE, Ancien Ambassadeur 

On le sait, dans le Brexit, il ne suffit pas de sortir de l’Union, chose acquise depuis le 31 janvier dernier ; il faut encore s’entendre sur la manière d’organiser les relations futures entre ladite Union et le sortant : c’est à ce stade que nous en sommes. Les négociations à cet effet se sont ouvertes le 2 mars et doivent, en principe, se conclure avant la fin de l’année. A la même date ou à peu près, le Covid 19 a fait irruption dans le ciel européen et, comme tout le reste, le Brexit n’a pas manqué d’en être affecté. D’abord parce que la maladie lui a volé la vedette à la « une » des journaux. Ensuite, et plus encore, parce qu’elle lui a porté un coup direct en ce sens que les principaux responsables, Michel Barnier et David Frost, les deux négociateurs en chef, et Boris Johnson, l’inspirateur en chef, ont tous été mis temporairement sur la touche, précisément par le virus…

Télécharger la suite : Pendant le coronavirus, le Brexit continue

 

 

Jeudi 23 avril 2020 : Billet de Serge DEGALLAIX, Directeur général de la Fondation Prospective et Innovation

La Fondation Prospective et Innovation a organisé, le 23 avril 2020, un forum audiovisuel sur  » L’Afrique face au choc économique » provoqué par le Covid-19. Outre Jean-Pierre RAFFARIN, Jean Michel SEVERINO, ancien Directeur Général de l’AFD et Président du fonds d’investissements Initiatives et Partenaires, Tertius ZONGO, ancien Premier ministre du Burkina Faso et Président de la chaire Sahel de la FERDI, et Emmanuel PINTO MOREIRA, Chef économiste de la Banque Africaine de Développement, ont partagé leurs idées, leurs convictions et leurs propositions…

Télécharger la suite : L’Afrique de la solidarité au consensus de dévelopement

 

 

Vendredi 24 avril 2020 : Billet de Philippe COSTE, Ancien Ambassadeur 

Une fois encore, les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Européenne ont joué leur drame familier : l’affrontement toujours renouvelé entre frugaux d’Europe du nord et endettés d’Europe du sud, la France soutenant énergiquement ceux-ci et l’Allemagne ne décourageant pas ceux-là. Et pourtant, derrière la énième reprise de la pièce se profile une véritable évolution. On sait que la crise du coronavirus et le confinement qu’elle nous a imposé se traduisent pour les finances publiques par moins de recettes fiscales et beaucoup plus de dépenses budgétaires. Grâce au Programme d’Urgence « Pandémie » de la BCE, les Etats, condamnés à trouver de l’argent en catastrophe, peuvent d’ores et déjà emprunter massivement.

Télécharger la suite : Conseil européen, ça progresse mais pas encore assez

 

 

Samedi 25 avril 2020 : Billet de Sarah AVER, assistante de recherche à l’OTAN & Stéphane AVER, Président d’AAQIUS et de la Fondation des Transitions

Avant l’irruption du Covid-19 et les crises qu’il déclenche, nous étions installés confortablement dans l’idée que le monde allait devoir faire évoluer son vieux modèle économique basé sur la rente et pas assez sur l’esprit de conquête. Tout le monde s’accordait à dire qu’il fallait répondre aux enjeux environnementaux de notre siècle et engager une transition écologique nécessaire, mais tout cela sans un réel effort de mise en œuvre. … bref, sans ne rien changer ou presque. La COP21 avait pourtant donné des signes tangibles d’une prise de conscience universelle, mais depuis, bridées par les rentiers du fossile, seules des actions insignifiantes ont été engagées, non les réformes structurelles nécessaires pour mettre les peuples et leur environnement « au cœur de la transition »…

Télécharger la suite :  Innover ou disparaitre

 

 

Dimanche 26 avril 2020 : Billet d’Olivier CAZENAVE, Vice- Président délégué de la Fondation Prospective et Innovation

Si l’Etat français reste sur la sellette en matière de fourniture de masques et de tests, nul n’oublie que nous n’avons pas formé assez de médecins depuis des dizaines d’années. A qui la faute ? Entre autres, au numerus clausus en études de médecine dont l’Assemblée nationale vient de voter la suppression pour la rentrée 2020 avec, pour objectif, selon Agnès Buzin, ministre alors en charge de la santé, d’ « augmenter de 20% environ le nombre de médecins » et de diversifier leur profil. Un examen postbac remplacera le concours de fin de première année qui a multiplié les gâchis de compétences et exclu de nombreux étudiants brillants. Une décision utile qui répond enfin à une situation souvent dénoncée, devenue encore plus anxiogène et contre-productive à l’heure de la pandémie du coronavirus…

Télécharger la suite : Numerus Clausus