Les pays, chantres de la démocratie, « le pire des régimes à l’exception des autres » selon l’heureuse formule de Winston Churchill, semblent presque tous aujourd’hui confrontés à une crise dont les manifestations sont nombreuses : discrédit des élus, taux d’abstention importants, essor des populismes, émergence de nouvelles formes d’action collective…

La France elle-même est confrontée à ce malaise. En témoignent, par exemple, le niveau élevé de l’abstention, l’essor des extrémismes, la crise des partis de gouvernement, l’absence de visions à long terme d’avenirs souhaitables et réalisables, la culture de l’instantanéité, elle-même liée à l’essor des media et plus encore à celui des réseaux sociaux. Est-ce à dire que la démocratie représentative, allant hier de pair avec une certaine idée de l’Etat, est aujourd’hui condamnée ? Que – comme on l’entend souvent – la fabrique du Bien public prendra demain prendre d’autres formes et s’opérera au travers de communautés d’intérêt, voire d’une démocratie davantage participative ? Que le quasi-monopole qu’avait, en France, l’Etat se trouvera remis en question par le double essor du local et du global ?

Le colloque organisé par la Fondation Prospective et Innovation, en collaboration avec la revue Futuribles, a l’ambition de lancer le débat, d’ouvrir la voie à une réflexion de fond sur cette question clef pour l’avenir.

Vous trouverez ci-joint le Programme du séminaire, qui aura lieu dans les locaux de Science Po, au 13 rue de l’Université, 75007 Paris.

Pour tous renseignements, merci de contacter Alexis RODIER,

Chargé de mission à la Fondation

( a.rodier@prospective-innovation.org 01 53 85 84 05).