La Fondation participe, en partenariat avec Europexpo, à la création du Prix des Villes pour l’éco mobilité qui récompensera 40 villes (20 villes chinoises et 20 villes européennes) pour leurs réalisations dans ce domaine. Ce Prix se déroulera dans le cadre du salon CINEV (China New Energy Vehicle Show), en présence d’un jury composé d’experts internationaux. Le principe de ce Prix est d’encourager tous les acteurs de la « chaine de valeur » et de valoriser les actions concrètes et efficaces en faveur d’une mobilité durable afin de les transformer en exemples reproductibles.

 

Télécharger le dossier de présentation et de candidature

 

Download the Presentation and Registration form

 

Prix des villes durables

Le principe d’encourager tous les acteurs « de la chaîne des valeurs » de l’eco-mobilité et de valoriser les actions concrètes et efficaces entreprises pour les transformer en exemples reproductibles est une voie essentielle et prometteuse mais il n’est possible d’agir efficacement qu’en segmentant les éléments essentiels de la question. Parmi ces segments, celui du déplacement est important, notamment en milieu « urbain ».

Le déplacement en milieu urbain est tout à la fois :

  • Une nécessité impérieuse aux plans économique et social
  • Une cause majeure d’émission de gaz à effet de serre et de dégradation de la qualité de l’air
  • Un élément essentiel de la qualité de vie.

L’importance du problème posé est évidemment liée à l’étendue et à la densité du milieu urbain ainsi qu’aux conditions climatiques dans lesquelles il se trouve placé.

Les exemples les plus couramment évoqués chez nous concernent les grandes agglomérations métropolitaines. En Chine ils évoquent les conurbations dont la rapidité de développement est considérable.

Le projet que propose la Fondation Prospective et Innovation et Europexpo fait une synthèse avisée de tous ces éléments. Sous l’appellation « Smart City », il intègre l’idée que les domaines des technologies et les savoir-faire sont les constituants fondateurs du progrès en matière d’écologie du déplacement mais que le terrain privilégié de la décision stratégique est celui du milieu urbain.

Il nous apparaît nécessaire de prendre en compte le ou les processus par lesquels de tels projets naissent, sont décidés puis réalisés.

D’une façon générale ces processus impliquent :

  • Le constat d’une situation préjudiciable à l’homme ou aux intérêts de la communauté. Ce constat peut résulter de situations dont la perception est évidente ou de diagnostics d’origine scientifique relayés par différents moyens (médias, internet)
  • Les structures de recherche, d’étude, de conception et de réalisation de produits et solutions adaptées au diagnostic ainsi établi
  • La décision d’étudier l’application de ces produits et moyens à des situations concrètes
  • La décision de financer et de réaliser les projets correspondants
  • La mise en œuvre des moyens nécessaires pour expliquer, faire accepter et accompagner ces projets et les décisions qui s’y rapportent.

A travers cet inventaire il apparaît que sont impliqués à différents stades et degrés :

  • La population, les porteurs de messages et d’alertes qui expriment ses préoccupations, les élus eux-mêmes pouvant en faire partie,
  • Le monde de la recherche scientifique,
  • Le domaine de l’étude de la mise au point de produits capables de répondre aux problèmes analysés, ces produits étant matériels ou immatériels,
  • Le domaine de l’industrie,
  • Les collectivités publiques et les opérateurs privés capables d’intégration des produits disponibles dans la conception d’une réponse globale aux problèmes identifiés,
  • Les moyens d’information et de communication intervenant aux différents stades du processus.

C’est est un domaine dans lequel les collectivités jouent un rôle majeur voir exclusif : celui de l’urbanisme ou, dans des termes plus concrets, de l’aménagement.

L’idée que le développement des quartiers nouveaux, le réaménagement de secteurs urbains existants, puissent être étudiés en prenant en compte comme élément structurant le besoin en déplacement des personnes et des activités n’est pas vraiment nouvelle. Mais ces besoins, les moyens d’y répondre, ont fortement évolué. Mais on est encore au tout début d’une telle démarche qui implique une volonté politique, et souvent un effort financier à long terme, importants.

                                                                                                    Olivier Cazenave

Télécharger la version complète de la note.