Qui ne connaît la fameuse réplique de César à Escartefigue lors de la partie de carte marseillaise du film de Korda et Pagnol, Marius (1931, Acte III, scène 1), où il se presse de jouer son atout, de « se fendre » comme on dirait en escrime : « Tu me fends le coeur ? »

On y songe en pensant à l’Europe, atout incomparable pour l’humanité comme pour les Européens, mais dont la situation, de quelque manière qu’on la prenne, fend le coeur. Non que les Européens soient vraiment à plaindre, comparativement à d’autres. Mais, comparativement aussi ils éprouvent un sentiment de déclin relatif : la Chine, les USA, les BRICS, l’Islam, l’Afrique occupent désormais une place croissante et comme en surplomb d’eux, qui les voyaient depuis si longtemps comme en contrebas. Eminente comme elle est toujours, l’Europe pourrait pourtant faire face à ces nouvelles configurations, et pourquoi pas en dominer plus que d’autres le cours. Cependant, elle s’égare et s’abime dans des doutes sur elle-même, dont le référendum anglais du 23 juin 2016 a donné toute la mesure. L’atout est galvaudé, souvent par ceux-là mêmes à qui il donnait une bonne main. 

A travers un cycle d’entretiens ayant comporté une mission à Bruxelles, des rencontres avec plusieurs ambassadeurs à Paris, un séminaire de bilan, la Fondation Prospective et Innovation s’est attachée en 2018 à examiner ce paradoxe européen d’un certain délitement interne à l’heure où le besoin d’Europe s’affirme de toutes parts dans le monde – n’est-elle pas la charnière articulant l’Eurasie qui se dessine à l’Eurafrique qui s’esquisse ? Le présent ouvrage en rend compte.

L’idée directrice qui s’en dégage est que l’axe du débat doit se déplacer de l’intérieur et du passé vers le dehors et l’avenir. L’affaire n’est plus tant de disserter entre Européens sur la meilleure manière de l’être, et de cultiver à cet effet l’acquis des décennies passées, que de discerner en quoi, dans le monde tel qu’il est, être Européen est une chance, une ressource, un devoir aussi envers l’avenir. « Nous vivons en un temps où des forces gigantesques sont en train de transformer le monde » disair déjà le général de Gaulle le 4 septembre 1958 pour en conclure que « Il y a là des faits qui dominent notre existence nationale et doivent, par conséquent, commander nos institutions ». Mutatis mutandis, soixante ans plus tard, la formule s’applique parfaitement à l’Union Européenne de demain. Celle-ci reste un atout majeur pour le monde. Un atout à défendre par les Européens unis. 

L’imperfection n’est pas une tare, pourvu que l’union l’emporte indéfectiblement sur les discordances. Comme le dit encore le César de Pagnol (Marius, III, 2) « Si on ne peut plus tricher avec ses amis, ce n’est plus la peine de jouer aux cartes », pensée plus profonde qu’il n’y parait.

Les livres de la Fondation Prospective et Innovation sont disponibles en librairie sur commande via les informations suivantes : 

Europe, l’atout à défendre.

Format : 12×20

Pages : 320 pages.

ISBN : 978-2-84679-426-8

Prix : 18€.